Création de territoires

Les provinces, leur découpage en ciuitates, le Barbaricum constituent des créations impérialistes. Rome territorialise des populations qui, jusqu’alors, n’étaient pas totalement fixées sur un territoire et surtout qui ne se définissaient pas par rapport à un territoire, mais à des liens mythologiques, généalogiques, linguistiques, etc. Le territoire devient limité, soit par des bornes, soit par des éléments naturels : rivières et montagnes participent à ces frontières artificielles.
La restitution de ces limites est peu aisée : les documents antiques sont rares. Depuis plus d’un siècle, c’est la méthode régressive qui est appliquée. Les lieux in pago du haut Moyen Âge (3407 lieux enregistrés) forment une mémoire du territoire romain, de même que les paroisses médiévales au sein de leur diocèse (9834 lieux enregistrés). Les interfaces entre ces distributions de points offrent les points d’appui aux hypothèses. Ces limites territoriales peuvent ensuite être confrontées aux données de l’Âge du Fer ou celle du Barbaricum. Bibliographie : Delmaire, Delmaire 1990; Deru 2009 ; Auvertin, Deru 2012.